Jacques Pascal (1746-1831)

IF

Jacques-Pascal
Toulouse, 7 avril 1746-13 août 1831
Dernier enfant de Jean-François Virebent, notaire, contrôleur général de la Ville. Il eut pour maîtres le chevalier Rivals puis Labat-de-Savignac. A quinze ans il fut étudiant au collège de Sorèze avant de terminer sa formation à Paris auprès de l’architecte du roi De Franque.
Il fut architecte géomètre, ingénieur, architecte conseil de la ville de Toulouse pendant 48 ans, du 1er juin 1782 au 3 mars 1830. Il fut aussi jusqu’en 1794 architecte-voyer de la ville chargé de l’application des règlements de voirie.
Il participa aussi à la création de l’école spéciale des Arts de Toulouse en 1804. Il y enseigna de 1805 à 1830, puis la dirigea de 1806 à 1827.
Jacques-Pascal était aussi architecte des hospices de la ville.
Il était membre de l’Académie royale de Toulouse (de 1777 à 1793), membre de l’Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse (à partir de 1807).

Œuvres:
Chef de file du néoclassicisme toulousain et de l’urbanisme durant cinquante ans il forma de nombreux architectes, dont ses fils François et Auguste, son neveu Urbain Vitry qui devait lui succéder à la tête du service de l’urbanisme de la ville, mais aussi les architectes Jean-Pierre Laffon et Antoine Laforgue. Son style italianisant s’inspire de Percier et Fontaine.

Urbanisme:
Pour les alignements de Toulouse, on notera qu’il agit avec beaucoup de modération élargissant souvent d’un seul coté les voies anciennes (rue des Marchands, rue Saint-Antoine du T, rue du Rempart Saint-Étienne, rue des Tourneurs….), régularisant d’anciens tracés. Il créa de nouvelles places (de la Trinité, Salingro , de la Bourse, Victor Hugo, des Carmes, Saint-Sernin). Ses plus belles réalisations (terminées après son décès) demeurent les places du Capitole et Villeneuve (devenue Wilson). Cette dernière franchit l’espace du rempart nouvellement abattu grâce aux allées Lafayette (Jean-Jaurès) liant la vielle ville au canal. La création des boulevards sur l’emplacement des remparts ouvrait de nouveaux quartiers à l’urbanisation.

Architecture:
Jacques-Pascal fut d’abord architecte de la ville, chargé des projets d’entretien, d’embellissement, et de construction des bâtiments de la ville. A ce titre il donna le dessin du chœur de l’église Saint-Exupère, des retables de l’église de la Daurade, des décors intérieurs de la Dalbade, de la chaire de Saint-Jérôme. On lui doit aussi l’entrée du jardin des plantes (avec les huit colonnes de marbre), la restauration du Capitole, l’octroi de Montaudran et les travaux d’embellissement pour les fêtes et les réceptions.

Projet de porte triomphale sur la place Lafayette (Wilson) non réalisé. Musée du Vieux Toulouse, inv. 22.3.001.

Projet de porte triomphale sur la place Lafayette (Wilson) non réalisé. Musée du Vieux Toulouse, inv. 22.3.001.

A Castres il réalisa l’hôtel de ville et l’hospice.
Son style proche des ordonnancements de Saget pour les bords de Garonne, peut sembler austère. Il ne faut pas oublier que Jacques-Pascal traversa une époque agitée, et que ses projets furent souvent différés voire réduits (sculptures aux angles de la place du Capitole supprimées ainsi que les décors de la place Villeneuve). Reste l’utilisation inconditionnelle de la brique enduite au XVIIIème, qui donne aujourd’hui son image de ville rose à Toulouse.