Henri (1880-1963)

Henri Virebent portraitIndustriel.

Le second fils de Gaston travailla à 21 ans à Vallauris (vers 1901-1903), puis au Golfe Juan chez le céramiste  l’Hospied pour étudier les émaux. Il se rend aussi à Milan pour se perfectionner dans la porcelaine chez Ginori et ensuite à Barcelone.

Volontaire en 1914, il a été blessé et il a reçu la légion d’honneur pour son courage.

Un essai de collaboration avec Raymond  à Miremont tourna court. Aussi il monta  en 1924 une première usine de porcelaine industrielle route de Launaguet à Toulouse.

En 1921 il créa la chaire de céramique à l’Ecole des Beaux-Arts de Toulouse.

En 1924 il fonda l’usine de porcelaine industrielle de Puy-l’Evêque en association avec Bouvard  de Barcelone qui lui apportait les liquidités nécessaires à l’extension de l’usine sur un nouvel emplacement. Celle-ci produisait des boutons de porte, des bouchons de bouteille, des isolants et composants pour l’industrie électrique. Elle connut son plein épanouissement avant la seconde guerre mondiale employant une centaine de personnes en 1935, le premier four Saint-Joseph étant complété de 3 autres.

Après la guerre, la montée des équipements en plastique rendit obsolète cette technologie.

L’usine s’est reconvertie  en 1967 dans les céramiques des arts de la table.